02/03/2009

Chapitre 9:PROLOGUE

Nous sommes dans l'année scolaire 1988,je suis toujours sur mon bon vieux Commodore 64 bien que l'AMIGA vienne de sortir,je ne crois pas à la imminente fin de ma bécane.

De plus que les jeux continuent de sortir en masse pour elle.

Mais mon entourage commence à s'équiper du nouveau venu et ne tarisses pas d'élloges sur son compte,graphismes superbes,musiques incroyables et en plus il est rapide....

Va falloir que je voie ça de mes yeux et peut être que je franchirai le pas aussi Non décidé

Un samedi fin de matinnée,me voila chez mon pote David Montironi pour la démo.

Il me lance quelques jeux connus sur C=64 et réédités pour AMIGA.

Y'a pas photo,c'est le jour et la nuit Surpris,un fin filet de bave commence à couler de ma bouche....Langue tirée

c=64 vs AMIGA

C'est maintenent au tour des démos vidéos et musicales,là aussi,ça déchire grave sa race!

 

Tout doucement,je me dis qu'il faudrait que je commence à éconnomiser pour me payer cette petite bête....

Mais le vil chacal que je prenais pour mon amis me donne le coup de grâce,celui qui va réduire à néant mes petites econnomies et m'obliger à prendre un job d'étudiant au lunch du SARMA de Fontaine.

Quinze jours de dure labeur à entendre:" faut vider les tables,faire la plonge,servir les clients et si possible,s'occuper aussi des glaces,effectuer les quatres volontées des petits vieux car ce sont des fidèles de chez fidèle,t'as dix minutes pour manger,allez,plus vite,plus vite!il reste les poubelles à vider..."

Et tout ça pourquoi?

Parceque le monsieur avait prévu pour la fin(ben vi,c'était prémédité,je sais,c'est ignoble!) de me montrer le premier simulateur d'avion sur AMIGA.

Sans que je ne le sache,voilà ce fourbe qui lance le jeu...

Ecran bleu,double cliques rapides de sa part sur une icone pour ne pas que j'ai le temps de voir le nom de celui-ci.

Là une plus grande icone apparait c'est un porte avion double cliques à nouveau et celle-ci se transforme en pilote dans son avion en vol et le porte avions en arrière plant.f18lancement

Je me dis,chouette un petit jeu d'avions,ça peut être chouette.... Sourire

La page de présentation est très jolie et représente un F-18... normal le titre du jeu est F/A-18 INTERCEPTOR.

La musique fait fortement penser à TOP GUN.

f18présentation

Ca y est,le jeu est chargé,je vais pouvoir jouer.

Hé bé non!,un sourire aux lèvre,l'infâme individu lance la démo et me dit d'un aire innocent:"dis moi un peut ce que tu penses de ce jeu...."

Dès les premières images,je me transforme en loup de Tex Avery....mes yeux sortent de mes orbites,ma langue pend jusqu'au sol,ma bave n'en fini pas de couler à tel point que maman Montironi croit à une fuite de canalisation d'eau à l'étage.....

J'ai devant les yeux un rêve,ce sim propose une exellente fluiditée,un beau graphisme,un bruitage plus que convaincant,une vue fluide à 360° pour le pilote et des vues extérieur,pour une fois la scène où se déroule les missions ressemble au lieu dit et fourmille de détais reconaissables....une pure merveille pour l'époque Langue tirée

Quelques jours plus tard(lundi),j'étais chez ADAMS computer à Charleroi pour y acheter mon ZAMIGA à moi avec mon Z'F/A-18 INTERCEPTOR.... Rigolant

a500
 

Pour l'histoire,j'ai refilé mon C=64 à ma cousine car impossible pour moi de le vendre,cela aurait été pour moi,une trahison grave infilgée à cet oardinnateur avec lequel j'avais passé tant de temps.Sourire

 

 

 

 

17:03 Écrit par Vincent Lipinski dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : commodore, 1988, electronic arts, amiga, f-18, interceptor |  Facebook |

07/05/2007

Chapitre 7.9 Project STEALT FIGHTER

Je terminerai le chapitre C=64 avec le simulateur le plus suptile et le plus réussi en immersion.....

Ici,on ne détruit pas à tout va,le but est de rester le plus discret possible pour accomplire sa tâche.

J'ai nommé: Project STEALT FIGHTER de MICROPROSE

 

project_stealth_fighter

 

Créé dans les laboratoires ultra secret ("SKUNK WORKS" litéralement "BUREAUX PUANTS" ) de LOCKHEED à Burbank (Californie),cet apareil qu'on croirait surgi d'un roman de science fiction,sacrifie presque tout à une signature radar invisible.

Sa forme minimalise la réflexion des faisseaux radar.

Une grande cantitée de panneaux méplats et revêtement en RAM(Radar Absorbe Metal :materieaux absorbant les ondes radar)sont situés sur les surfaces dorsal et ventral,y compris les ailes.

Tous les bords d'attaques sont construit en céramique résistant à la chaleur pour limiter la signature infrarouge.

Même les gazs sortant des réacteurs sont refroidi à travers des tuyères spéciales à basse signatures,en forme de lames.

Cet avion est conçu pour la reconnaissance tout temps et mission d'attaque au solmais peut également utiliser son cannon 20mm de bord ou ses AIM 120 AMRAAM pour l'interception et combat Air/Air

 

F-19 reference

 

Avant de commencer à voler,on reprend le principe de GUNSHIP,cad : identification de matériel militaire

F-19 IM protection

 

Une fois celà passé,on accède au choix du lieu de la campagne

 

ecrant missions

 

Ensuite la condition GéoPolitique....

 

condition geopolitique
 
On termine par le niveau de difficulté.
 
difficultée
 
Le réalisme.
 
réalisme

On passe maintenent au briefing.

 

briefing
 
Dernière étape avant de partir : le choix de l'armement.....
 
armement
 
Description du pit:
 
pit description

 

les différentes fonctions du CRT monocrome:

 

MDF

 

Les cartes disponibles:

 

cartes

 

Passons au vol......

Avant d'arriver sur l'objectif et de l' "exploser",il faudra tout mêtre en oeuvre pour garder un taut de reflexion le plus bas possible.

Pour ce faire,il faudra jouer avec altitude et vitesse....

 

Des avions ennemis patrouillerons,il faudra donc porter son attention sur la distance de ceux-ci mais aussi leurs altitudes.....

Ne pas être vu au radar ne veut pas dire ne pas être repéré en visuel (au sol comme dans les airs,l' IA est redoutable)

 

Une fois la cible repérée,il faut l'alligner et attendre le bon moment pour ouvrir la soute et tirer.

En effet,une foit celle-ci ouverte,il y aura plus de frotement à l'air donc plus de reflexions.

Souvent,ce court instant suffi à faire réagir l' IA

 

reverberations

 

Pour le retour,soit vous vous rendez au point prévu soit si le carburant ou les dommages ne vous le permettent pas,vous pouvez choisir une autre base alliée ou vous ejecter.

La deuxième option demande de la prudence.....

Ejecté en territoire ennemi,comprometera gandement le secret sur cette nouvelle technologie sans compter les répèrcutions sur la situation des relations politiques.....

Sans parler de votre humiliation devant les médiats et à votre retour à la base.......

 

badejection1

 

 

Plus tard,ce simu sera adapté sur Amiga....

On poura choisir de voler sur F-19 ou F-117 (connu à la sortie du jeu)

On disposera aussi du système d'acquisition FLIR/TV (laser sofistiqué qui permet au pilot d'avoir une image TV ou thermique raprochée de l'objectif à tout moment et quelque soit l'angle.)

 

f-19 Amiga verssion

 

mais la verssion C=64 restera pour moi la meuilleur,je la trouve plus simulation,plus immercive.

La verssion Amiga joue plus sur les graphismes mais bon,c'est mon avis persso...

 

 

 

 

 

 

 

 

12:31 Écrit par Vincent Lipinski dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : f-19, stealt, microprose, simulateur, 1987, commodore |  Facebook |

17/01/2007

Chapitre 7.8 Période 40/45

Ici,nous alons paler des simulateurs ayant pour thème la guerre 40/45.

Ils ne sont pas nombreux à m'avoir passionné.

Sur ma période C=64,il n'y en aura que trois qui m'auront marqués.

Passons au premier.....

 

The DAM BUSTER 1984 US Gold. 

dam_busters

Ce jeu est inspiré du film du même nom réalisé par Michael Anderson avec Richard Todd et Michael Redgrave datant de 1954.

Le film  retrace des événements survenus en mai 1943. L'Escadron 617 de la Royale Air Force avait alors lancé un raid aérien sur des barrages de la région industrielle allemande : une opération considérée comme un exploit à la fois humain et technique, en raison notamment de l'emploi des bombes à ricochets. Ces bombes devant être larguées à très basses altitudes, l'armée britannique avait perdu 8 des ses avions sur les 19 envoyés en mission.

 

Si vous avez vu le film,vous remarquerez que pour le vol et la passe de bombardement,ce sim est scrupuleusement fidèle à celui-ci (vu les possibilitées de la machine).

Il y aura plusieur postes à gérer,:

 

Le poste de pilotage.

dam_busters_05

 

Copilote avec la gession les gazs et autres..... 

co-pilote

Cannonier avant & arrière.

dam_busters_02

 

Navigateur pour la carte et haltitude de bombardement. 

dam_busters_04

Le poste de bombardier avec son viseur spécial.

bonber

 

Suivi de la bombe spécial.... 

bombe
 
Après des passes et des passes,on a ENFIN la satisfaction de voir CA......
dam_busters_06

 

Mais après,c'est pas fini,il faut revenir à la base.....

Le problème,c'est que maintenent,les "Zallemends" savent que vous êtes là......

 

 

Petit cours d'histoire : 

small_ART_1001_400Les Lancaster du
Squadron 617 attaquent
le barrage de la Möhne.
À l’avant-plan, le flight
lieutenant (capitaine) Harold Martin largue
sa bombe. Plus haut, le
wing commander Gibson attire sur lui le feu de la
défense allemande pour
améliorer les chances
de son équipier.

Illustration : Robert Taylor

 

Pour fabriquer une seule tonne d’acier, il faut des dizaines de tonnes d’eau. L’ingénieur Barnes Wallis le sait et estime qu’en détruisant les barrages dans les environs de Dortmund et de Kassel, il est possible de paralyser la production sidérurgique allemande. Nous sommes en 1943...

Wallis poursuit ses essais et surmonte le scepticisme du commandement de la Royal Air Force. L’explosion d’une charge de quatre tonnes de Torpex immergée contre la paroi d’un barrage disloque la maçonnerie. La pression de l’eau suffit ensuite à balayer les pierres disjointes. Pour amener la charge à l’endroit voulu, Wallis conçoit une bombe cylindrique qu’il faut larguer d’une hauteur de 18 mètres. Le projectile ricoche plusieurs fois à la surface de l’eau, heurte le barrage et coule d’une dizaine de mètres avant la mise à feu.

L’air chief marshall Sir Arthur Harris, commandant de l’aviation de bombardement, confie la mission à une nouvelle unité, que l’on constituera avec les meilleurs éléments des escadrilles existantes. À sa tête, il nomme le wing commander (lieutenant-colonel) Guy Gibson. Alors que l’entraînement des équipages se termine, l’unité reçoit le nom de Squadron 617.

 

                        L'aventure continue....

L’existence du 617 ne devait être qu’éphémère, pourtant Harris décide de lui confier d’autres missions difficiles. Les vides sont comblés, les opérations se poursuivent. Gibson quitte l’escadrille durant l’été 1943, mais son image y restera toujours. Le 617 se spécialise dans le bombardement de précision et effectue plusieurs raids au-dessus de la France occupée, où il faut limiter les pertes parmi la population. En 1944,
le 617 et le Squadron 9 parviennent à couler le cuirassé allemand
Tirpitz ancré dans un fjord norvégien. Enfin, dans les dernières semaines de la guerre, les Briseurs de Barrages larguent les premiers exemplaires de la bombe Grand Slam, un monstre de plus de 10 tonnes, également conçu par Wallis.

En septembre 1946, les fidèles Lancaster sont remplacés par des Lincoln, qui cèdent la place aux bombardiers à réaction Canberra en janvier 1952. Le 617 est dissout en décembre 1955, mais dès le
1er mai 1958, les Briseurs de barrages sont remis sur pied à Scampton, la base d’où ils sont partis un certain soir de mai 1943. Équipée de Vulcan, l’unité fait partie de la V-Force, chargée des missions de bombardement nucléaire. De nouveau dissoute le 31 décembre 1981, elle entame sa troisième vie le 1er Janvier 1983 et reçoit ses premiers Tornado GR1 dans les semaines qui suivent.

 

Pour en revenir au jeu,tout y est,du vol de nuit à la navigation en passant par les paramètres de bombardement.

Vous partez de Scrampton (Angleterre) de là,vous tracez votre chemin sur la carte (celle-ci est très détaillée) pour arriver sur votre abjectif.

Il y'a possibilitée de contourner les défences (DCA avec éclairages,ballons,chasseurs,...) mais il faut tenir compte de votre réserve pétrol.

Il ne suffi pas de détruire le barrage,il faut revenir à la maison aussi......

Et croyez moi,tout cela,on réussi pas du premier coup......

 

Pas top graphiquement mais très complet pour l'époque et la machine,peut être même le meilleur sim de bombardier sur C=64

 

11:13 Écrit par Vincent Lipinski dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : simulateur, simulator, lancaster, dam busters, us gold, 1984, commodore |  Facebook |